La question des droits d’auteur

par HUGO SAINT-HILAIRE


Constatation dévastatrice! Voilà comment doit être qualifiée la comparaison entre la Grande Édition 1931 du Message du Graal d'Abdruschin et l’édition tronquée 1949/51 du Mouvement International du Graal, l’église du Vomperberg, et de la Fondation du Message du Graal, la Stiftung Gralsbotschaft. Constatation qui met directement en cause les hauts responsables de cette organisation au Vomperberg et tous les dirigeants de pays en fonction depuis le Départ du Seigneur le 6 décembre 1941.

Donc, en Autriche: Maria Alma Taubert-Kauffer-Freyer-Bernhardt, la deuxième épouse de Oskar Ernst Bernhardt, soit Maria Freyer (17 août 1887 - 19 décembre 1957) née Taubert, adoptée sous le nom de Kauffer et mariée à August Freyer, avec les trois enfants de ce premier mariage, c’est-à-dire: Irmgard Freyer(7 septembre 1908 - 22 mai 1990), Alexander Karl Oswald Augustin Freyer(24 juillet 1911 - 3 février 1968), Élisabeth Marie-Luise Freyer (20 juillet 1912 - ?) (aussi appelée Maria-Élisabeth), ainsi que l’époux de Élisabeth Marie-Luise, Herbert Vollmann (1903 - 20 juin 1999).

Le Seigneur n’a jamais laissé de droits d’auteur

Soulignons ici que les enfants Freyer, soit Irmgard (née en 1908), Alexander (né en 1911) et Maria-Élisabeth (née en 1912), ne sont pas et n’ont jamais été les enfants de Abdruschin, ni sur le plan biologique, ni sur le plan légal, et que Oskar Ernst Bernhardt et Maria Freyer n’ont jamais eu d’enfant ensemble. L’information que l’on retrouve dans la brochure L’Activité du Graal sur Terre et selon laquelle Irmingard Bernhardt et Alexander Bernhardt sont les enfants du Seigneur, est un mensonge:

Bien qu’après son expulsion Abd-ru-shin ne put retourner à son champs d’activité terrestre, son œuvre continua néanmoins à vivre. Sa femme Maria, sa fille Irmingard et son fils Alexander s’efforcèrent, en union avec des fidèles, de poursuivre cette œuvre dans le même esprit que celui de Abd-ru-shin.

(Mouvement international du Graal, L'activité du Graal sur terre)

À la lumière des faits découverts, les adhérents au faux Message tronqué 1949/51, faisant de toute évidence aveuglément confiance à Herbert Vollmann jusqu’à son décès en 1999, ont toujours cru que cela était vrai, alors que la réalité est toute autre. Ce n’est qu’au terme d’une démarche juridique entamée en janvier 1942, donc tout juste quelques jours après le Décès de Abdruschin, que les Freyer ont obtenu, 12 ans plus tard, soit en 1954, le droit d’ajouter le nom Bernhardt à leur propre nom de famille. L’ambiguïté savamment entretenue à ce sujet pour fins d’honorabilité et de légitimité avait probablement pour but de donner, sur le plan terrestre, une image de continuité entre l’Oeuvre d'Abdruschin et celle entreprise après la guerre 1939/45 par Maria Freyer et poursuivie par Alexander et Irmgard Freyer.

Le Mouvement International du Graal est la plus grande imposture que la Terre ait jamais connue! Le Seigneur n’a jamais laissé de droits d’auteur à qui que ce soit! Cela, Il l’avait déjà signifié entre 1923 et 1926 dans les Feuilles du Graal:

«Je ne remettrai jamais les droits d’Auteur de mes Exposés en d’autres mains afin qu’ils conservent toujours le caractère objectif qu’ils ont depuis le début. Impersonnels. Intemporels.»

(Abdruschin, GRALSBLÄTTER (Feuilles du Graal), Série I, Cahiers 3,4,5)

Et le Seigneur a tenu parole! Selon le témoignage du Disciple Hellmuth Müller-Schlauroth, avant de quitter la Terre le 6 décembre 1941, Abdruschin n’a pas fait de Testament et n’a transféré les droits sur Son Oeuvre, en tout ou en partie, à personne ni à aucun groupe ou association.

Bien qu’il soit fait mention dans les Cahiers 3 et 4 de la Série I des Feuilles du Graal que Abdruschin a fondé en 1923 l’Ordre Le Graal (Der Orden Der Gral) à Bad Heilbrunn(5), Il exigea la dissolution des Associations du Graal en 1938. L’Ordre Le Graal n’a jamais eu de statuts légaux et juridiques, ce fut seulement un mouvement spirituel. Or, puisqu’il existe officiellement, donc légalement, un Mouvement International du Graal depuis le 7 septembre 1946, cela veut donc dire que des individus ont agi contre la volonté de Abdruschin et se sont appropriés l’Oeuvre de Celui dont ils disaient être les serviteurs pour établir leur puissance temporelle au Nom du Graal! La famille Freyer, c’est-à-dire Maria, Irmgard appelée Irmingard depuis son appel du 7 septembre 1930 en tant que Nahomé en vue de l’ancrage du Lys Pur , Alexander et Maria-Élisabeth, avec son époux Herbert Vollmann, ont formé après le Départ de Abdruschin, malgré Son interdiction, une organisation du Graal dûment enregistrée devant la loi des hommes.

5. Bad Heilbrunn signifie: «Bassin de la Sainte Fontaine».

En ne rédigeant pas de Testament, Oskar Ernst Bernhardt/Abdruschin a clairement signifié qu’Il ne voulait pas entrer dans la logique humaine: Son Oeuvre écrite devait demeurer impersonnelle et intemporelle. Étant donné qu’Il n’a pas fait de Testament, Son Héritage, qui comprenait une partie de la Sainte Montagne(6) et tous Ses Écrits dont la Grande Édition 1931 du Message du Graal avec les Résonances, a été réglé selon la loi terrestre habituelle. Ce qui signifie que c’est donc Édith Bernhardt Nagel(7) qui a été Sa principale héritière. Martha Oeser Bernhardt, la première épouse d’O.E. Bernhardt, ne fut pas concernée par la succession (…?) tout comme Herbert Bernhardt (…?) tombé sur le champ de bataille en 1918 lors de la Première guerre mondiale 1914/18. Édith a eu droit aux trois quarts de l’Héritage d’O.E. Bernhardt et Maria Kauffer-Freyer-Bernhardt (Sa deuxième épouse d’un mariage survenu le 17 septembre 1927), au dernier quart de l’héritage.

6. Située à Vomp, plus précisément au Vomperberg-Gralshöhe («Montagne du Vomp-Hauteur du Graal»).

7. Édith Bernhardt (…?), épouse de Richard Nagel, Disciple (deuxième Appel, le 7 septembre 1931). Ils eurent un fils, Werner Nagel, qui n’est cependant pas le petit-fils d’O.E. Bernhardt (…?).

À Berlin, le 20 janvier 1942, soit un peu plus d’un an après le Décès d’Oskar Ernst Bernhardt, Édith Nagel, domiciliée à Wackersberg/Bach près de Bad Tölz, renonçait à sa part d’Héritage et la cédait à Maria Kauffer, domiciliée à Kipsdorf. Édith et Maria s’entendirent sur un partage de la succession: a) Édith reçoit une créance à l’encontre d’une dame (Madame Anita Klette, une Appelée ayant faillie), garantie par la reconnaissance de dette établie en date du 1er mars 1927, tandis que: b) Maria se voit recevoir «les droits de propriété intellectuelle, ainsi que les droits sur la maison d’édition(8) et l’ensemble des autres éléments du patrimoine appartenant à la succession»(9) . C’est donc dire qu’à l’origine, c’est Édith qui, de par la loi, a reçu les droits d’auteur. De plus: c) «Madame Nagel renonce, au profit de Madame Bernhardt, à une éventuelle indemnisation et à un éventuel remboursement des biens fonciers enregistrés ou co-enregistrés à l’époque au nom de Monsieur Oskar Ernst Bernhardt, à Vomp (Tyrol). Madame Nagel accepte donc que Madame Bernhardt soit, le cas échéant, enregistrée au livre foncier, en qualité de propriétaire exclusive de ces biens fonciers. Madame Bernhardt assume le règlement des créances, que l’on peut faire valoir contre les héritiers»(10). Par ce document, Édith a donc renoncé à tous ses droits sur les biens et les droits d’auteur d'O.E. Bernhardt.

8. Abdruschin avait cependant dissous Sa maison d’édition, la Verlag Der Ruf, quatre ans auparavant, soit en 1938.

9. Extrait de la lettre d’entente du 20 janvier 1942 signée par Édith Nagel et Maria Bernhardt, J.-F. ROUDAUT, L’Héritage du Seigneur.

10. Extrait de la lettre d’entente du 20 janvier 1942 signée par Édith Nagel et Maria Bernhardt, J.-F. ROUDAUT, L’Héritage du Seigneur.

Maria Bernhardt a profité des droits d’auteur acquis à Edith Bernhardt Nagel, pour rédiger ou faire rédiger en 1949/51 une nouvelle version dite «remaniée» et «de dernière main» de la Grande Édition 1931 du Message du Graal et de la publier à sa propre maison d’édition, les Éditions Maria Bernhardt. Donc un autre Message du Graal, mais tronqué et rédigé à partir de la Grande Édition 1931 du Message du Graal de la Verlag Der Ruf, avec comme Nom d’Auteur Abd-ru-shin à la place de la graphie d’origine Abdruschin, avec le Signe/Sceau personnel du Seigneur, le A dans le O formé par un serpent qui se mord la queue, et avec l’ordre d’origine des Exposés viré sans dessus dessous comme dans un boulier de loterie qui mélange des boules numérotées.

Lorsque Maria décéda le 19 décembre 1957, Alexander Freyer – entre-temps devenu légalement un Bernhardt – hérita de la propriété foncière, c’est-à-dire du Vomperberg dans le Saint Pays du Tyrol ; une part alla aussi à Irmgard Freyer, devenue elle aussi une Bernhardt, sous forme de rente. Le testament de Maria daté du 9 août 1954 ou plus précisément, l’acte de réponse à la succession du 8 mai 1958 signé à Schwaz réglant la succession de Maria au profit d’Alexander(11), ne mentionne absolument rien au sujet d’une transmission de droits d’auteur relatifs à l’Oeuvre du Seigneur. Par contre, trois ans avant sa mort, Maria rédigea une lettre manuscrite dans laquelle elle désignait Alexander comme son seul héritier(12).

11. Le document en question commence par ces mots: «Une réponse est apportée par les présentes à la succession de Maria Alma Bernhardt, née Kauffer …»

12. Nous possédons un fac-similé de ce manuscrit de douze (12) mots en allemand, signé Maria Bernhardt et qui se lit comme suit: «Mes dernières volontés. Par la présente, je désigne mon fils Alexander comme mon seul héritier. Vomperberg, 9 août 1954. Maria Bernhardt.»

Mais, en conscience, Maria ne pouvait pas transmettre à ses enfants biologiques les droits d’auteur que la loi lui avait légué, parce que Oskar Ernst Bernhardt ne lui avait jamais donné Ses droits d’auteur. En clair, cela signifie que Maria ne pouvait pas donner quelque chose qu’elle ne possédait pas, même si la loi terrestre était intervenue en sa faveur. Maria a cependant transmis ses droits d’auteur sur l’œuvre d’Oskar Ernst Bernhardt à un de ses enfants, Alexander, même si elle savait pertinemment qu’Oskar Ernst Bernhardt n’a cédé ses droits d’auteur à quiconque, pas même à elle. Si la loi lui donna les droits d’auteur d’Oskar Ernst Bernhardt, c’est seulement parce que, sur le plan légal, elle fut l’épouse d’Oskar Ernst Bernhardt. Ces droits d’auteur, elle n’en fut jamais dépositaire par un acte de dernières volontés de son époux.

Lorsque Alexander Freyer-Bernhardt décéda le 3 février 1968, c’est Irmgard Freyer-Bernhardt qui hérita de la propriété foncière sur le Vomperberg en vertu du testament d’Alexander daté du 20 mars 1965 ou, plus précisément, l’acte de réponse à la succession du 28 mars 1969 signé à Schwaz réglant la succession d’Alexander au profit de Irmgard(13). Comme pour Maria, le document ne mentionnait absolument rien au sujet d’une transmission de droits d’auteur relatif à l’Oeuvre du Seigneur. Par contre, comme sa mère l’avait fait avant lui, Alexander rédigea un autre document dans lequel il léguait ses droits d’auteur à sa sœur Irmgard(14).

13. Dans ce document, il y a aussi une clause concernant Claudia Maria Bernhardt, mineure à l’époque, née le 21 juin 1961, fille naturelle de Marga, fille adoptive de Irmgard Freyer.

14. Ce document a été déposé par la Stiftung comme pièce à conviction dans le cadre du procès Yvon Drolet contre la Stiftung Gralsbotschaft et la Fondation du Mouvement du Graal Canada, dont le jugement a été rendu au Québec, le 6 janvier 2009.

L’Oeuvre d'Abdruschin
est maintenant dans le domaine public

Dans le procès Irmingard Bernhardt contre Ordem do Graal na Terra (l’Ordre du Graal sur Terre au Brésil), Irmingard Freyer-Bernhardt voulut se présenter comme la seule détentrice des droits d’auteur du Message du Graal, non pas de la Grande Édition 1931 du Message du Graal, mais du message de Baal, c’est-à-dire du faux message tronqué édition 1949/51. Le procès brésilien commença en 1976 et s’est terminé en 1989 par la victoire de l’Ordem qui, lui aussi voulait avoir droit de regard sur la diffusion, non pas de la Grande Édition 1931 du Message du Graal, mais du faux message tronqué de Maria auquel il adhérait.

Mais, ce n’est pas seulement le faux message tronqué édition 1949/51 qui est dans le domaine public au Brésil depuis le décès de Maria Freyer-Bernhardt le 19 décembre 1957, c’est toute l’Oeuvre écrite complète de Abdruschin car cela a été prouvé et décidé sur le plan juridique dans ce procès dont voici un extrait du jugement:

«Dans les actes produits ne réside aucune preuve qu’Alexander et Irmingard sont les enfants d’Oskar Ernst Bernhardt. Au contraire, les preuves indiquent qu’ils sont uniquement les enfants de Frau Maria, issus de son premier mariage.

Il résulte que c’est seulement depuis l’année 1954, donc après la mort d’Oskar Ernst Bernhardt, pour les deux frères et sœur, que leur nom fut modifié et qu’ils utilisent le nom Bernhardt.

Avec la mort de Frau Maria les droits d’auteur qu’elle avait obtenus du fait de la mort d’Oskar sont arrivés à expiration. Ces droits d’auteur ne furent en aucun cas reportés sur Alexander et ne purent pas, de nouveau, être reportés sur Irmingard, pas plus que sur d’autres, du moins en ce qui concerne la succession d’Oskar Ernst Bernhardt …

En considération de ce qui vient d’être exposé et de ce qui ressort par ailleurs des pièces produites, mon jugement est que l’exigence incluse dans la plainte est sans fondement, et je condamne les plaignants au paiement des dépenses…»

(Les parenthèses sont de nous)

Suite à ce jugement, Harry von Sass, président de l’Ordem du Brésil, faisait paraître et signait ce communiqué:

«Le procès intenté, en l’année 1976, donc depuis treize (13) années, par Irmingard Bernhardt, la Fondation du Message du Graal (Stiftung Gralsboschaft), et la Société du Graal du Brésil (Sociedade do Graal no Brasil) contre l’Ordre du Graal sur la Terre (Ordem do Graal na Terra), a trouvé sa conclusion le 29 août 1989.

Ce procès fut jugé en première instance par le juge de la première Autorité de Région (Vara da Comarca) de Itapecerica da Serra comme dénué de fondement et donc en faveur de l’Ordre du Graal sur la Terre (Ordem do Graal na Terra).

Et à présent, le 29 août 1989, ce jugement est confirmé, en deuxième instance, par le Tribunal de la Juridiction Civile (Alçada Civil) de Sao Paulo, tandis que le collège des juges a décerné, à l’unanimité, le droit, donc la victoire, à l’Ordre du Graal sur la terre (Ordem do Graal na Terra)»

(Harry Von Sass).

Après le décès de Irmgard Freyer, le 22 mai 1990, son testament manuscrit daté du 6 décembre 1985 transmettait les biens de la Cité du Graal à sa petite-fille adoptive Claudia-Maria Alexandra Bernhardt, c’est-à-dire à la fille naturelle de sa fille adoptive Marga, alors que «l’ensemble des droits de propriété intellectuel, d’exploitation des œuvres, de traductions et de licences» ainsi que «les droits sur la marque (le A dans le O formé d’un serpent qui se mord la queue) de la maison d’édition (non pas la Verlag Der Ruf, mais des Éditions Maria Bernhardt)» à la Stiftung Gralsbotschaft, à Stüttgart, dirigée par Jürgen Sprick(15). Dans ce testament, les droits d’auteur s’appliquent explicitement et seulement: a) aux trois (3) tomes du faux message tronqué 1949/51; b) au livre Y as-tu songé?; c) au livre Les 10 commandements de Dieu et le Notre Père; d) au livre Réponses aux questions; e) le livret des Prières; f) la collection des livres Les millénaires enfuis et Résurgence des temps passés. Bizarrement, il n’est pas fait mention du livre Exhortations. La Grande Édition 1931 du Message du Graal de même que les Résonances ne sont pas mentionnés dans ce testament.

15. Jusqu’en 1990, la Stiftung n’était donc pas détentrice des droits d’auteur et publiait le faux message tronqué 1949/51 en vertu d’une licence qui lui avait été concédée par Alexander le 30 décembre 1967. Voir le jugement du procès Yvon Drolet contre Stiftung Graslbotschaft et Fondation du Mouvement du Graal Canada, paragraphes 108-109-110, le 6 janvier 2009.

Quatre ans et demi plus tard, «Irmingard a elle-même légué ses droits d’auteurs sur tous les livres d’Oskar Ernst Bernhardt à la Stiftung dans un supplément à son testament en date du 18 avril 1990, soit un mois avant son décès». Cette fois, ce ne sont pas seulement les droits d’auteur du faux message tronqué 1949/51 qui furent transmis à la Stiftung, mais toute l’Oeuvre originale écrite de Abdruschin, sans exception! Depuis Maria, en passant par Alexander, en ajoutant et en classant le faux message de Baal 1949/51 dans «les livres d’Oskar Ernst Bernhardt», l’église du Vomperberg pouvait mettre de l’avant et promouvoir la «version remaniée» du faux message tronqué 1949/51, tout en espérant qu’avec le temps ce grenouillage finisse par être oublié, comme si de rien n’était, sa «certitude» légale faisant foi de tout et contribuant à faire taire tout questionnement de la part des adeptes. Qui oserait alors questionner des personnes en apparence au-dessus de tout soupçon? Bonne chance à celui qui voudrait voir clair dans tout cet imbroglio juridique, il n’était pas sorti du bois!

Triplement coupables, Maria, Alexander et Irmgard ont réussit à substituer (avec par la suite, Herbert Vollmann, Jürgen Sprick et Holzäpfel alias Siegfried Bernhardt), l’authentique Message du Graal 1931 par un faux message tronqué 1949/51 et à transmettre à partir du testament de Maria des droits d’auteur sur une édition falsifiée du Message du Graal 1931, tout en réussissant à l’associer faussement à l’Auteur Abdruschin.

Pour ce qui est de la traduction française du faux message de Baal 1949/51:

Les trois (3) premiers certificats portent sur les droits d’auteur relatifs aux premières traductions françaises faites par M. Kaufmann des ouvrages «Dans la Lumière de la Vérité: Message du Graal», tome I, II et III, ainsi que de «Abd-ru-shin, Exhortations»; ils ont été respectivement enregistrés en 1956, 1960 et 1962, et sont accompagnés de leur renouvellement en 1983, 1987 et 1990. Sur chacun des certificats originaux, les noms d’Oskar Ernst Bernhardt et de Paul Kaufmann(16)(ce dernier à titre de traducteur) apparaissent sous la rubrique «auteurs».

Trois autres certificats ont été enregistrés en 1986, 1988 et 1989 pour chacun des trois tomes de l’ouvrage «Dans la Lumière de la Vérité». Cette fois, Irmingard est identifiée comme l’auteur de ces ouvrages(17).

Quel imbroglio! Quelle imposture! C’est incroyable!

16. Paul Kaufmann est décédé en 1994.

17. Jugement du procès Yvon Drolet contre Stiftung Graslbotschaft et Fondation du Mouvement du Graal Canada, paragraphes 114 et 115, le 6 janvier 2009.

En terminant, Claudia Bernhardt étant décédée le 19 avril 1999, les biens fonciers devaient revenir à sa fille Élisabeth. Mais par un testament datant de 1994, Claudia fit de son époux, un dénommé Holzäpfel, son héritier. C’est donc le père d’Élisabeth, ce monsieur Holzäpfel, qui administre aujourd’hui cette partie de l’héritage, et non pas Élizabeth. Tout comme les Freyer, Holzäpfel décida, entre 1985 et 1990, de changer légalement son nom pour celui de Siegfried Bernhardt; le prénom Siegfried étant le nom d’un héros de légende allemande(19) et Bernhardt, d’après le nom de famille de son épouse, son mariage avec Claudia Bernhardt lui ayant déjà donné le droit d’usage de ce nom. Tout cela pour se parer à son tour du mantelet de l’authenticité et de la légitimité de la dynastie Bernhardt. Élisabeth a donc vu son héritage (c’est-à-dire les biens fonciers du Vomperberg) lui être subtilisés par son père.

19. Le nom Sieg signifiant «victoire» et le verbe friden voulant dire «liberté».

Plus tard, c’est ce même Holzäpfel alias Siegfried Bernhardt qui contesta à Jürgen Sprick, le successeur de Herbert Vollmann à la tête du Mouvement international du Graal (l’église du Vomperberg), le droit de diriger cette organisation parce qu’il avait été mandaté à la direction de ce mouvement par Irmingard Bernhardt; ce qui conduisit alors à la scission du mouvement et à la formation de deux clans (le clan Sprick et le clan Bernhardt) qui se disputent maintenant, avec l'Ordem du Brésil, la diffusion planétaire du faux message tronqué 1949/51.

En résumé

Pour récapituler cette question des droits d’auteur de la Grande édition 1931 du Message du Graal, voici une brève chronologie des principaux événements marquants:

1. En 1926, Oskar Ernst Bernhardt/Abdruschin publie à Sa Maison d’édition, la Verlag Der Ruf, le Nouveau Message du Graal (Édition violette).

2. En 1931, Oskar Ernst Bernhardt/Abdruschin publie à Sa Maison d’édition, la Verlag Der Ruf, la Grande Édition du Message du Graal.

3. En 1933, Oskar Ernst Bernhardt/Abdruschin publie à Sa Maison d’édition, la Verlag Der Ruf, la traduction de Lucien Siffrid en langue française de la Grande Édition du Message du Graal.

4. Oskar Ernst Bernhardt/Abdruschin (1875-1941) n’a pas fait de testament et n’a jamais laissé de droits d’auteur à quiconque.

5. Maria Freyer Bernhardt a acquis les droits d’auteur d’Oskar Ernst Bernhardt / Abdruschin de Edith Bernhardt Nagel, la fille légitime d’Oskar Ernst Bernhardt. Selon la loi des hommes, Maria Freyer Bernhardt, l’épouse, n’avait hérité que du tiers de l’héritage, alors qu’Edith Bernhardt Nagel, la fille légitime du premier mariage d’Abdruschin, détenait les deux autres tiers de l’héritage, dont les droits d’auteur d’Abdruschin.

6. Martha Oeser Bernhardt, la première épouse d’O.E. Bernhardt, ne fut pas concernée par la succession d’Oskar Ernst (…?).

7. Le faux Message du Graal tronqué, en langue allemande, a été publié en 3 tomes plus le livre Exhortations entre 1949 et 1951 aux Éditions Maria Bernhardt par Maria Bernhardt elle-même, alors qu’elle était à la tête du Mouvement international du Graal (église du Vomperberg) qu’elle a fondé en 1946.

8. Les trois livres du faux message tronqué, en langue française (tome I, tome II et tome III), ont été enregistrés respectivement en 1956, 1960 et 1962. Les noms d’Oskar Ernst Bernhardt et du traducteur Paul Kaufmann apparaissent comme auteurs. En 1956, Maria Bernhardt était à la tête du Mouvement international du Graal puisqu’elle décéda en 1957. Alexander Bernhardt lui succéda jusqu’à sa mort en 1968.

9. Dans l’acte de réponse à la succession du 8 mai 1958 réglant la succession de Maria Bernhardt au profit de son fils Alexander, il n’y a aucune transmission de droits d’auteur, que ce soit au sujet de droits présumés sur de la Grande Édition 1931 du Message du Graal ou au sujet du faux message tronqué 1949/51. Par contre, le 9 août 1954, Maria rédigea une lettre manuscrite dont nous possédons un fac-similé qui désignait Alexander comme son seul héritier.

10. Dans l’acte de réponse à la succession du 28 mars 1969 réglant la succession d’Alexander Bernhardt au profit d’Irmingard Bernhardt, il n’y a aucune transmission de droits d’auteur, que ce soit au sujet de droits présumés sur de la Grande Édition 1931 du Message du Graal ou au sujet du faux message tronqué 1949/51. Par contre, comme Maria, Alexander rédigea un document qui léguait ses droits d’auteur à Irmgard. (Selon Monsieur Drolet, ce document a été déposé comme pièce à conviction lors du procès Yvon Drolet contre Stiftung Gralsbotschaft et Fondation du Mouvement du Graal Canada dont le jugement a été rendu le 6 janvier 2009).

11. Les trois livres du faux message tronqué, en langue française (tome I, tome II et tome III), ont été de nouveau enregistrés respectivement en 1983, 1987 et 1990. Les noms d’Oskar Ernst Bernhardt et du traducteur Paul Kaufmann apparaissent comme auteurs. C’est Irmingard Bernhardt qui est à la tête du Mouvement international du Graal de 1968 jusqu’à à sa mort, en 1990.

12. Les trois livres du faux Message du Graal tronqué 1949/51, en langue française (tome I, tome II et tome III), ont de nouveau été enregistrés respectivement en 1986, 1988 et 1989. Cette fois, c’est le nom de Irmingard Bernhardt, responsable du Mouvement international du Graal, qui apparaît comme auteur.

13. Dans son testament du 18 avril 1990 réglant sa succession au profit de la Stiftung Gralsbotschaft, Irmingard Bernhardt lègue à cette fondation «tous les livres d’Oskar Ernst Bernhardt». Toutefois, ce testament ne mentionne pas la Grande Édition 1931 du Message du Graal, mais le faux message tronqué en 3 tomes 1949/51. Cependant, huit (8) mois avant la signature de ce document de succession (donc, neuf mois avant sa mort), le procès qu’elle avait intenté contre l’Ordem do Graal na Terra au Brésil et qu’elle a perdu, concluait que Irmingard Bernhardt n’était pas détentrice des droits d’auteur du faux message tronqué 1949/51. Ce qui signifie juridiquement parlant que, au Brésil, la Stiftung ne possède pas les droits d’auteur du faux message 1949/51 et qu’elle ne possède donc pas aussi les droits d’auteur sur toute l’Oeuvre de Abdruschin dont la Grande Édition 1931 du Message du Graal et les Résonances(20).

20. En effet au Brésil, la succession testamentaire doit obligatoirement se faire dans la famille soit, par exemple, à l’aîné de la famille. Par exemple, le légateur ne peut léguer ses biens et/ou droits d’auteur à un ami.

14. La Stiftung Gralsbotschaft, sous la présidence de Jürgen Sprick, a fait enregistrer aux États-Unis d’Amérique en novembre 1989 et en République fédérale allemande (anciennement l’Allemagne de l’Ouest) en juillet 1993, ce qui originellement était la marque de la Verlag Der Ruf et qui a été récupérée par les Éditions Maria Bernhardt, soit le A dans le O formé du serpent qui se mord la queue, comme marque de commerce pour tous ses produits. Un enregistrement identique a été fait en 1999 pour le Canada.

15. Parallèlement au Mouvement international du Graal, en 1998, Volker Bernhardt qui n’a aucun lien de parenté avec Oskar Ernst Bernhardt des Éditions Bernhardt, publie la Grande Édition 1931 du Message du Graal et les Résonances en allemand, en français et en tchèque. À cette époque, Herbert Vollmann est à la tête du Mouvement international du Graal depuis le décès de Irmingard Bernhardt en 1990 et le restera jusqu’à sa mort, en 1999.

Les éditions Bernhardt de Montreux, en Suisse

Un Allemand, un certain Monsieur Volker Bernhardt qui n’a aucun lien de parenté avec Oscar Ernst Bernhardt, a publié à Montreux en Suisse, en 1998, la Grande Édition 1931 du Message du Graal ainsi que les Résonances du Message du Graal 1 et 2. Ainsi, le support terrestre de la Sainte Parole Originale et authentique en langue allemande qu’est le livre de la Grande Édition 1931 du Message du Graal, est donc maintenant définitivement libre et protégé de toute malveillance de la part du Mouvement International du Graal et de la Stiftung, jusquà la dissolution des Éditions Bernhardt en 2012.

Devant la loi, c’est l’absence de testament de la part d’Oscar Ernst Bernhardt et l’année 1941, l’année de Son Décès, qui est la date de référence pour le calcul de l’expiration des droits d’auteur. Les droits d’auteur seraient échus en vertu de l’ancienne loi sur la propriété littéraire qui remonte à Napoléon III (1808-1873). En effet, la Grande Édition 1931 du Message du Graal serait maintenant dans le domaine public en Suisse, parce que le délai de protection de 50 ans de l’Oeuvre depuis le Décès d’Abdruschin en 1941, est maintenant arrivé à terme depuis le 6 décembre 1991.

Volker Bernhardt aurait été capable de publier la Grande Édition 1931 du Message du Graal avec les Résonances du Message du Graal 1 et 2, puisque, en Suisse, la nouvelle loi sur les droits d’auteur changeant la durée de protection de 50 à 70 ans est devenue effective le 9 octobre 1992, alors que la protection de l’Oeuvre de Abdruschin s’est terminée le 6 décembre 1991. Dans ce contexte, les Éditions Bernhardt ont donc été en mesure de publier la Grande Édition 1931 avec les Résonances.

Mais ce n’est pas tout. Lors d’un procès intenté par la Stiftung Gralsbotschaft contre Monsieur Volker Bernhardt pour empêcher la publication et la vente de la Grande Édition du Message du Graal 1931 procès que la Stiftung a perdu, il fut permis aux Éditions Bernhardt d’éditer en Suisse sous forme de livre le Message du Graal 1931 ainsi que les Résonances parce que, en Suisse, lorsqu’une œuvre n’a pas été publiée pendant trente (30) ans, elle tombe alors dans le domaine public; toute personne peut alors publier cette oeuvre.

Réalité symbolique puissante, déjouant les attaques et les plans mal-veillants de la Stiftung, en 1998, la Lumière a donc repris sur le plan terrestre ce qui Lui appartenait lorsque le Seigneur était encore sur Terre, soit l’authentique Parole de Dieu donnée aux hommes par Oskar Ernst Bernhardt/Abdruschin. La Lumière a finalement récu-péré la Parole de Son Envoyé pour l’extirper pour toujours des griffes de ces organisations lucifériennes que sont l’église du Vomperberg et la Stiftung Gralsbotschaft. Nous comprenons ici que cet événement marque la victoire de la Lumière sur les ténèbres et assure la survie spirituelle de l’humanité pour et lors de la paix à venir.

Le fait ici qu’un homonyme de Oskar Ernst Bernhardt, un certain Bernhardt, puisse publier la Grande Édition du Message du Graal 1931avec tous les Exposés des Résonances du Message du Graal est, sur le plan de la symbolique spirituelle, hautement significatif! C’est comme si le Seigneur avait Lui-même récupéré à nouveau Son Œuvre Originelle, désavouant ainsi tous les mensonges de l’Église du Vomperberg au sujet de Sa Parole.

En l’an 2000 le site Internet jetemoigne-hsh.com faisait son apparition pour dévoiler au monde entier l’imposture du Vomperberg.

Il est maintenant trop tard pour les ténèbres d’arrêter la progression de la Lumière dans tous les pays, car la Grande Édition du Message du Graal 1931 fait désormais irrésistiblement et implacablement son chemin, de main en main et de pays en pays. Cet événement prouve hors de tout doute la fausseté de tout ce qui est advenu à la Sainte Parole après le Départ du Seigneur et démontre que les responsables nationaux et internationaux de l’église du Vomperberg et de la Stiftung se sont complètement disqualifiés devant le Seigneur dès la naissance de ces organisations.

Authenticité de l'Oeuvre originelle d'Abdruschin

Après consultation auprès de L’Office de la propriété intellectuelle Canada, lorsqu’une œuvre tombe dans le domaine public, cela signifie que n’importe qui peut décider de publier l’œuvre en toute liberté. Monsieur Volker Bernhardt agirait donc complètement dans la légalité en commercialisant l’Oeuvre originale du Seigneur. Pour ce qui est du Canada, la protection des droits d’auteur est toujours de 50 ans après la fin du calendrier de l’année du décès de l’auteur. Abdruschin étant décédé le 6 décembre 1941, c’est donc dire que depuis le 1er janvier 1992, n’importe quel individu ou maison d’édition du Québec ou du Canada est en mesure de publier la Grande Édition 1931 du Message du Graal ainsi que toute l’Oeuvre écrite du Seigneur, en langue allemande.

Par contre, au Canada – et encore moins en Europe où le délai de protection des oeuvres est maintenant de 70 ans –, il en est pas de même pour la version française de la Grande Édition 1931 de Lucien Siffrid. Les droits d’auteur de son oeuvre sont toujours sous la protection de la loi, puisqu’il est décédé en 1964, ce qui, au Canada, porte la fin de la protection reliée aux droits d’auteur en l’an 2014. Cela signifie donc que, actuellement en 2013, pour commercialiser le livre de Lucien Siffrid au Québec, il faudrait obtenir l’autorisation de l’héritier des droits d’auteur de Lucien Siffrid.

Ce qui garantissait l’authenticité de la Grande édition 1931 en langue allemande publiée par les Éditions Bernhardt, ce sont tous les exemplaires existants encore en possession des personnes ayant connu cette époque ou leurs héritiers, ainsi que les nombreux fac-similés existants, garantis conformes.

Pour ce qui est de l’édition tronquée 1949/51 et les suivantes, même si l’Église du Lac Simon prétend le contraire, rien ni personne ne peut en garantir l’authenticité étant donné que le présumé manuscrit complet bon à imprimer de cette édition supposément certifié de la main du Seigneur n’a jamais été montré à personne. Cette prétention à l’existence de ces présumés écrits du Seigneur, qui modifie effectivement et radicalement le contenu et la forme de la Grande Édition 1931 du Message du Graal, n’a toujours été affirmée et soutenue que par ceux qui ont publié et mis en circulation cette édition tronquée 1949/51, et par leurs supporteurs avec lesquels ils sont liés dans la faillite/trahison. Et ceux-là – à commencer par les Freyer, Vollmann et cie –, ont maintenant quitté la Terre sans avoir montré cet invisible et mystérieux manuscrit présumé, ni répondu aux questions posées par ceux qui ont demandé à vérifier et à voir ce manuscrit.

D’ailleurs, dans une lettre en date du 11 septembre 1996 adressée aux porteurs dit de Croix allemands, Jürgen Sprick, le président de la Stiftung Gralsbotschaft affirmait quant à lui, qu’un tel manuscrit complet bon à imprimer signé par Abdruschin, n’existe tout simplement pas. Malgré cet aveu, ce même Monsieur Sprick écrivait dans une lettre datée du 11 septembre 1996: «On peut dire à juste titre que les nouvelles impressions des anciennes éditions (1931) reviennent à trahir de façon on ne peut éclatante l’auteur du Message du Graal».

D’autre part, malgré cette affirmation officielle de son ex-président disant qu’un manuscrit qui justifierait l’édition «remaniée» 1949/51 n’existe pas, le directeur général de la Stiftung, Michael Oort, continue à prétendre de son côté que: «Oskar Ernst Bernhardt a bel et bien fait une version remaniée, qui se trouverait dans les archives de la Stiftung, même s’il avoue ne pas l’avoir vue lui-même ni avoir fait des recherches pour la retrouver»!(22) Trouvez l’erreur!

22. Jugement du procès Yvon Drolet contre Stiftung Graslbotschaft et Fondation du Mouvement du Graal Canada, paragraphe 125, le 6 janvier 2009.

En conclusion, aujourd’hui, en 2009, n’importe quel individu (et de façon absolument certaine sur le plan juridique au Québec et en Suisse par exemple), toute personne a le droit terrestre d’acquérir légalement, d’acheter, de lire, d’éditer, d’imprimer et de commercialiser l’Oeuvre écrite Originale et Complète en langue allemande d’Abdruschin.

Et ce, même si Siegfried Bernhardt, l’usurpateur de l’église du Vomperberg, le défend expressément: «Whoever takes part in printing the former edition of the Grail Message or even in passing it on, acts against the Will of the Lord»(23); ce qui, en traduction libre, signifie: «Quiconque contribue à éditer la Grande Édition 1931 du Message du Graal ou même ne fait que participer à sa transmission, agit contre la Volonté du Seigneur». Selon ce nouveau pape, tous les adhérents de la Parole Originale 1931 sont liés au passé révolu et coupés automatiquement de la force vivante de la Parole qui agit seulement dans «l’édition de dernière main»; et ce, même si, encore selon ses dires, la Grande Édition 1931 est la proclamation parfaite de la Vérité.

23. S. BERNHARDT, «The Word of the Lord», lettre circulaire aux adeptes de l’église du Vomperberg, août 2008.

Pourtant, la Grande édition 1931 du Message du Graal a été vendue de 1945 à 1949. De plus, d’après Siegfried Bernhardt , la Grande édition 1931 du Message du Graal et l’édition «remaniée» 1949/51 se sont vendues jusqu’en 1960!(24) Encore une fois, trouvez l’erreur! Nous n’en sommes plus à une contradiction près!

24. Lors de la rencontre du 3 mars 2001 au lac Simon, Québec, Canada.

Que vienne enfin le jour de la libération de la Sainte Montagne!

Le A dans le O en forme de serpent qui se mord la queue (signe)

Après avoir hérité de Irmingard Bernhardt les présumés droits d’auteur du faux Message tronqué 1949/51, la Stiftung Gralsbotschaft(25) sous la responsabilité de Jürgen Sprick, s’est appropriée le Signe de l’Édition personnelle de Abdruschin, le A dans le O formé d’un serpent qui se mord la queue, et en a fait sa marque commerciale. Dorénavant, le Signe de Abdruschin n’est plus seulement associé à l’Édition Originale de 1931 de la Sainte Parole, mais aussi au faux Message tronqué édition 1949/51 et ses subséquentes et à toute l’activité commerciale de la Stiftung Gralsbotschaft, y compris les ouvrages d’autres auteurs! Les livres sont vendus à des bibliothèques et à des librairies et sont diffusées par le biais de séminaires, de salons du livre et de l’Internet. Le Signe/Logo apparaît aussi sur les brochures, les copies de factures, sur les présentoirs, les affiches, etc.

25. La Stiftung Gralsbotschaft ou Fondation du Message du Graal, est la maison d’édition fondée par Maria Bernhardt et dont le directeur général, en 2009, est Michael Oort. Cette Fondation fut agréée par le Ministère des Cultes et de l’Instruction publique de la province de Baden-Würtemberg, le 2 avril 1951. La Stiftung ne doit pas être confondue avec le Mouvement international du Graal qui supervise l’aspect culturel et «spirituel» des choses. La Stiftung s’occupe quant à elle de la diffusion (elle ne fait donc pas de transmission) du faux message tronqué 1949-51 par le biais des livres, des traductions et des conférences; elle publie actuellement une cinquantaine de livres, sans compter des CD et des DVD. Le Mouvement international du Graal et la Stiftung sont deux entités juridiques séparées. Le Mouvement a son siège social au Vomperberg, en Autriche, tandis que la Stiftung est basée à Stüttgart, en Allemagne. En 1998, Herbert Vollmann avait nommé Jürgen Sprick responsable international du Mouvement du Graal et alias Siegfried Bernhardt, responsable de la cité du Graal. Par la suite S. Bernhardt a contesté la position de H. Vollmann et s’est arrogé la place de responsable international. Ce qui eut pour conséquence un schisme au sein du Mouvement international du Graal. Aujourd’hui, il y a donc deux individus qui se disent responsable du Mouvement international du Graal, J. Sprick et S. Bernhardt. Toutefois, il n’y a qu’un seul président de la Stiftung Gralsbotschaft, Jürgen Sprick.

Et il en a été de même au Canada avec la Fondation du Mouvement du Graal Canada(26), depuis 2001 sous la responsabilité de Serge Thivierge, membre du clan Sprick depuis la scission du Mouvement international du Graal, qui a obtenu les certificats de propriété intellectuelle qui protègent les marques de commerce suivantes(27): le titre Dans la Lumière de la Vérité, le nom Abd-ru-shin (et non pas les graphies Abdrushin, Abd-ru-schin et Abdruschin) et le signe de la maison d’édition de Abdruschin Der Ruf, le A dans le O formé d’un serpent qui se mord la queue(28).

26. Créée en 1973 et incorporée sous le régime de la partie II de la Loi sur les corporations canadiennes, la Fondation du Mouvement du Graal Canada, ou église du lac Simon dans la région de la Petite Nation, au Québec (près de Saint-André-Avelin et Papineauville), se compose d’une trentaine de membres et peut compter sur l’appui d’environ 200 bénévoles. La Fondation compterait un peu plus de 1000 adhérents au Canada dont presque la totalité est du Québec.

27. Le 27 avril 1998, la Stiftung et l’église du lac Simon produisaient auprès de l’Office de la propriété intellectuelle du Canada des demandes d’enregistrement pour les marques de commerce ci-haut mentionnées, marques qui furent enregistrées en 1999.

28. Dans les Gralsblätter (Les Feuilles du Graal), Série II, Cahier 3,4 et 5, Abdruschin écrit ceci au sujet du Signe de Sa maison d’édition Der Ruf: «La maison d’édition s’efforce de transmettre tout ce que peuvent être le A et le O du savoir spirituel, donc ce qui réside entre le Commencement et la Fin. Ceci est donc aussi le Sens voulu du Signe.»

Suite à une contestation juridique de monsieur Yvon Drolet contre la légitimité de la propriété intellectuelle des marques de commerce ci-haut mentionnées par l’église du lac Simon, un jugement fut rendu par la cour fédérale le 6 janvier 2009. À savoir que la Cour:

1. Accueille en partie la demande de M. Yvon Drolet.

2. Accueille en partie la demande de la Stiftung Gralsbotschaft et de la Fondation du Mouvement du Graal Canada.

3. Radie les trois (3) marques de commerce suivantes: Dans la Lumière de la Vérité, In the Light of Truth et Im Lichte Der Wahrheit, du Registre des marques de commerce.

4. Déclare que le demandeur Yvon Drolet n’a pas violé la marque de commerce Abd-ru-shin.

5. Déclare que le demandeur Yvon Drolet a violé la marque de commerce le A dans le O en forme de serpent (A & serpent dessin).

6. Émet une ordonnance d’injonction permanente enjoignant le demandeur Yvon Drolet de ne pas enfreindre la marque de commerce le A dans le O en forme de serpent (A & serpent dessin) en relation avec toute publication qu’il pourrait faire dans l’avenir.

Ainsi donc, cela signifie que, au Canada, lors d’une éventuelle future nouvelle publication de la Parole Originale 1931 par un/des citoyens, celui-ci pourra utiliser/placer le nom Abd-ru-shin ainsi que le titre de l’Oeuvre, Dans la Lumière de la Vérité, sur la couverture du livre, mais sans utiliser/apposer sur la couverture, le A dans le O formé par un serpent qui se mord la queue. Par ailleurs, rien ne pourra empêcher l’éditeur d’utiliser les trois (3) autres graphies: soit Abdrushin, Abd-ru-schin et Abdruschin.

Le fait que le jugement interdise l’utilisation du A dans le O en forme de serpent (A & serpent dessin) protège spirituellement les futurs éditeurs de la Grande Édition 1931 du Message du Graal d’une grave faute karmique. Bien sûr, la Stiftung Gralsboschaft et la Fondation du Mouvement du Graal Canada continuent à pouvoir utiliser ce Signe sacré selon la loi humaine, mais il n’est pas trop tard pour les responsables de ces deux organisations humaines, de changer le tir s’ils le veulent avant qu’il ne soit trop tard pour eux.

Le signe du A dans le O en forme de serpent qui se mord la queue est le signe de la maison d’édition Verlag Der Ruf («Éditions L’Appel») GMBH, de Munich, la maison d'édition qu’Abdruschin a mis sur pied, et ce signe vaut seulement pour la version originale allemande de la Grande édition 1931 du Message du Graal et des Résonances du Message du Graal 1 et pour tout ce qu’Il a publié de Son vivant dans cette maison d'édition, que ce soit Ses propres écrits ou les textes d'autres auteurs. Cela inclut aussi les traductions tchèque (1932), française (1933), anglaise (1934) et portugaise (1934) de l’original allemand de la Grande édition 1931 du Message du Graal. La Stiftung Gralsbotschaft («Fondation du Graal», copyright © Maria Bernhardt) et les Éditions françaises du Graal de l'Église de France ‒ une filiale de l’Église du Vomperberg ‒, avec son catalogue d'auteurs, ne sont donc même pas en droit d’utiliser le A dans le O en forme de serpent, parce que ce signe est la propriété d’Abdruschin qui s'en est servi pour identifier Sa maison d'édition, la Verlag Der Ruf qui n’existe plus. Il n'y a aucun lien à faire entre la Verlag Der Ruf et les autres maisons d'édition.

Couverture du Message du Graal 1931
Couverture
de la Grande édition 1931
du Message du Graal

Si la traduction française de Lucien Siffrid ainsi que les traductions, anglaise et portugaise sont estampillées avec le signe du A dans le O en forme de serpent, c'est parce que ces traductions furent approuvées par Abdruschin Lui-même et publiées par la Verlag Der Ruf. Cela signifie que toutes les autres traductions qui s'arrogent le droit d'utiliser ce signe afin de légitimer leur travail, ne peuvent le faire sous peine de prendre indûment et à tort ce qui ne leur appartient pas!

L’original allemand de la Grande édition 1931 du Message du Graal peut certes être traduit en d’autres langues que le tchèque, le français, l’anglais et le portugais, mais cela oblige les maisons d’édition à apposer le nom exact de l'auteur, comme Lui-même Abdruschin l’a écrit ‒ pour l'allemand, Abdruschin avec un c et en seul mot ‒ sur la couverture, et à donner une traduction du titre original conforme au titre allemand. Mais le A dans le O en forme de serpent, signe de la Verlag Der Ruf, ne peut être utilisé puisque toutes les autres versions étrangères ne peuvent plus être publiées par la Verlag Der Ruf. La Verlag Der Ruf est le signe ‒ le A dans le O en forme de serpent ‒, et le signe est la Verlag Der Ruf. Les deux viennent ensemble, forment un tout et se confondent. Prétendre le contraire, c’est faire de la fausse représentation et se rendre spirituellement responsable, même si des maisons d'édition ont obtenues un droit légal d'utilisation du signe.

C'est pourquoi la Stiftung Gralsbotschaft, l'Eglise du Vomperberg, toutes les églises nationales affiliées à l'Église Vomperberg et à la Stiftung Gralsbotschaft et tous les individus en général, peu importe qui ils sont, ne peuvent, du point de vue spirituel, utiliser ce signe pour fin de publication.

Ce signe ‒ le A dans le O en forme de serpent ‒ peut être reproduit, mais seulement pour les Œuvres d’Abdruschin et les textes d’autres auteurs publiés à la Verlag Der Ruf pendant qu’Il séjournait sur terre parmi nous. Ainsi, Edition Bernhardt de Montreux, en Suisse, qui publie à nouveau la Grande Édition 1931 du Message du Graal d’Abdruschin en allemand, en tchèque, en français et en anglais, peut imprimer le signe de la Verlag Der Ruf dans la mesure où tout est reproduit tel quel, comme Abdruschin l’avait publié, et par conséquent, aussi avec le nom de la Verlag Der Ruf comme maison d'édition.

Le Seigneur a utilisé ce signe pour identifier clairement le but poursuivi par Sa maison d'édition, la Verlag der Ruf: «La maison d’édition s’efforce de transmettre tout ce que peuvent être le A et le O du Savoir spirituel, donc ce qui réside entre le Commencement et la Fin. Ceci est donc aussi le sens voulu du signe»(1).

1. ABDRUSCHIN, dans Réponses aux Questions.

Ce qui veut dire que tous ceux qui utilisent le A dans le O en forme de serpent pour leur propre version du Message du Graal 1931 et des Résonances 1 et 2, malgré leurs bonnes intentions affirmées, malgré les apparences, participent et perpétuent l’imposture de l'Église du Vomperberg avec ses appelés-faillis et ses faux-appelés.

LE A DANS LE O EN FORME DE SERPENT DANS L’ŒIL DE DIEU, ENTOURÉ PAR LE TITRE DANS LA LUMIÈRE DE LA VÉRITÉ (SYMBOLE)

Le symbole de l’Oeil de Dieu avec, dans l’iris, le A dans le O en forme de serpent, entouré par le titre Dans la Lumière de la Vérité, que l'on le retrouve sur la couverture de l’original allemand de la Grande édition 1931 du Message du Graal est une signature d’Abdruschin qui est à rapprocher avec l'Oeil de Dieu, seul ‒ c’est-à-dire sans le A dans le O en forme de serpent dans l'iris ‒, qui, depuis toujours, constitue l'image que le Créateur donna aux hommes pour Le représenter.

Le symbole du A dans le O en forme de serpent dans l’Oeil de Dieu, entouré par le titre Dans la Lumière de la Vérité, est l'identité d’Abdruschin, symboliquement son nom, donc, la Perfection apposée sur Sa Parole Parfaite et écrite dans la langue prévue à cet effet, la langue la plus parfaite de la terre, l’allemand. Abdruschin est la Sainte Parole et la Sainte Parole est Abdruschin. Ils ne font qu'un. Ils sont UN. Le symbole assure le fait que l’original allemand de la Grande édition 1931 du Message du Graal est la Parole de Dieu écrite par un Fils de Dieu. Par ce symbole, le Fils du Saint-Esprit Abdruschin s’identifie clairement Lui-même à Dieu. Avec ce symbole, il proclame qu'il est UN avec Dieu le Père, comme lorsqu’Il définit le mot «Fils» qui signifie «Partie de Dieu». C'est une preuve de plus contre ceux qui affirment et répandent partout le virus de Baal qui consiste à dire qu’Abdruschin, même s'Il est considéré comme le Fils de l'Homme attendu, n'était qu'un simple esprit humain ayant servi d'instrument à Imanuel.

En conséquence, toutes les traductions en langues étrangères de l’original allemand de la Grande édition 1931 du Message du Graal peuvent donc apposer sur la couverture le Nom Abdruschin ainsi que le symbole ‒ l’Oeil de Dieu avec, dans l’iris, le A dans le O en forme de serpent, entouré par le titre Dans la Lumière de la Vérité ‒, puisque les deux réfèrent à la même notion. Abdruschin est le Symbole et le Symbole est Abdruschin.

Et cela n’est pas particulièrement réservé aux traductions qui furent publiées par la Verlag Der Ruf, puisque, en 1932, Abdruschin autorisa la traduction tchèque d’être publiée à la maison d’édition HLAS en Tchécoslovaquie. De même, aussi, la qualité de la traduction ne peut entrer en ligne de compte pour décider de placer ou non le symbole, puisque, toutes les traductions sont imparfaites par rapport à l’original allemand.

Ainsi, voilà pourquoi sur la couverture de la version québécoise-française (Province de Québec, Canada)) de l’original allemand de la Grande édition 1931 du Message du Graal, le Symbole y est apposé, puisqu’il équivaut à une signature, au sceau d’Abdruschin.

Par ailleurs, mentionnons ici que, depuis le 27 avril 1998, la Stiftung Gralsbotschaft a fait enregistrer sur le plan légal, comme «marque de commerce» auprès de l’Office de la propriété intellectuelle du Canada, le nom Abd-ru-shin et le A dans le O en forme de serpent, ‒ les titres Dans la Lumière de la Vérité, In the Light of Truth et Im Lichte Der Wahrheit ayant été radiés comme «marque de commerce» le 8 janvier 2009 ‒, mais pas le symbole de l’Oeil de Dieu avec, dans l’iris, le A dans le O en forme de serpent, entouré par le titre Dans la Lumière de la Vérité.