L’excuse de la faillite de l'humanité

par HUGO SAINT-HILAIRE


La faillite des Appelés en 1936, la faillite du peuple allemand, la faillite du peuple tchèque appelé à prendre la relève des Allemands en 1937, donc, la faillite de l’humanité en général, n’a justifié aucun changement dans la Parole, car la Parole est la Parole! Sainte et Parfaite! Comme Son Auteur! La faillite des Appelés a certes justifié un changement radical dans le Plan initial de la Lumière pour l’instauration du Royaume de Dieu sur Terre, mais cette faillite n’a nécessité aucune modification à la Sainte Parole parce que cette Parole n’a pas été écrite seulement pour les Appelés, mais pour que les êtres humains en général puissent retrouver le chemin du Paradis perdu.

Pendant trois (3) ans et neuf (9) mois, soit du 12 mars 1938 jusqu’à Son Départ le 6 décembre 1941, la Gestapo intenta un procès au Seigneur sous le chef d’accusation suivant:

«Il (Oskar Ernst Bernhardt) met en danger, selon l’enquête de la police d’État (Gestapo), par son comportement, l’existence et la sécurité du peuple et de l’État, du fait qu’il a agi pour l’Association interdite intitulée Association Naturo-Philosophique des Adhérents du Graal»

(Les parenthèses sont de nous).

Bien que Abdruschin fut arrêté le 12 mars 1938, la décision d’arrestation portant le numéro 3093 ne fut prise qu’un mois plus tard, le 14 avril 1938 à Berlin. Ce procès-fleuve fit intervenir plus d’une centaine de témoins, et alors que le Seigneur était en résidence surveillée à Schlauroth et Kipsdorf, Il fut convoqué pour de nombreux interrogatoires. Le 19 septembre 1939 et les 22 et 26 octobre 1939, dans le cadre de ce procès qui Lui est intenté, Oskar Bernhardt fait aux autorités judiciaires, une Déclaration dans laquelle Il parle de Sa Mission, des conditions matérielles d’exécution de celle-ci et de Son Œuvre écrite. L’original de ces Déclarations, ainsi que toutes les autres pièces de ce procès, qui se trouvaient au Palais de Justice d’Innsbruck, furent détruits lors d’une attaque aérienne sur Innsbruck. Nous reproduisons ici une partie de Sa Déclaration de 22 pages du 22 octobre 1939 dont Hellmuth Müller a fait mention dans sa lettre du 6 mars 1976, et où Abdruschin affirme ceci:

«Au cours de Mon Effort vers des Buts uniquement spirituels réside l’entier domaine d’activité sur un champ sur lequel, déjà depuis des milliers d’années, à côté des cherchants réellement sérieux se meuvent aussi beaucoup d’êtres humains qui, épiant, séjournent aux bords des chemins remplis d’épines, pour aussitôt s’accrocher là où ils attendent quelque chose de particulier, pour alors se rassasier eux-mêmes en premier lieu des succès péniblement gagnés par autrui et les mettre à profit pour eux-mêmes.

Là où cela ne leur réussit pas, ils combattent, remplis de haine et avides de vengeance, celui auquel, sous l’emprise de tels désirs personnels, ils s’étaient imposés et accrochés. En cela, ils ne craignent aucun moyen, même le plus répréhensible, dans l’illusion que cela est difficile, en de tels domaines, de réfuter et d’expliquer les fausses assertions consignées par eux.

Heureusement, cependant, c’est en ce cas qui est le mien quelque chose de différent, parce qu’est imprimé tout ce que j’ai dit, donc tous mes travaux entiers, dont il est question de façon générale, et à cause desquels les êtres humains ont trouvé leur chemin jusqu’à moi et firent aussi comme résultant d’eux-mêmes tout ce qu’ils ont fait, donc accordèrent aussi les prêts qui servaient aux Buts idéaux résultant de l’exigence terrestre de cette Activité spirituelle.

À ces Paroles qui sont les miennes, maintenant, le plus infime changement n’a pas été apporté. Aujourd’hui encore, elles sont à lire exactement comme au commencement et peuvent valoir comme preuve et base de Ma réponse.

Telles qu’elles sont encore à présent, elles étaient depuis le début. Si, pour tel ou tel être humain une conviction personnelle devait être déplacée ou modifiée du fait d’autres influences ou intentions, alors l’on ne peut pas Me reprocher l’intention d’une tromperie quelconque.

De Mon côté, rien n’est arrivé d’autre ou n’a été modifié, mais, au contraire, tout est resté tel quel, mot pour mot. Et ces Paroles sont Ma conviction inchangée et totale dont Je n’ai jamais voulu persuader un autre être humain, parce que Je n’éprouve que de la Joie au Travail lui-même et qu’Il m’est indifférent de savoir qui et combien d’êtres humains disent alors que cette conviction est la leur.»

Dans ces Oeuvres déjà disponibles écrites par Moi, et dont le Contenu laisse clairement entrevoir mon Vouloir, J’ai reconnu la véritable Tâche de Ma Vie, qui, selon Ma Conviction, consiste à ouvrir les Chemins à un nouveau Savoir sur terre! Un savoir de la Création jusqu’ici inconnu, qui procure aux êtres humains la clarté et la solidité intérieures»

(Oskar Bernhardt, Déclaration du 22 octobre 1939)

Ce que dit Herbert Vollmann dans son livre rouge n’a donc pas de sens:

«Maints événements douloureux et maintes expériences décevantes faites avec les êtres humains qui sombraient de plus en plus spirituellement incitèrent donc Abd-ru-shin à modifier ainsi Son Message du Graal, sans toutefois en changer le sens»

(H. Vollmann, livre rouge, p. 91).

De plus, dans Résonances 1 du Message du Graal 1931, Exposé 56, Paragraphe 49, Et lorsque l'humanité questionnera (version frankoise), Abdruschin a écrit ceci: «... leurs âmes doivent être ébranlées par de pénibles bouleversements et ainsi, être préparées à vouloir recevoir en suppliant. Alors, ils reconnaîtront sans doute la richesse de mon Message, auquel pas un mot ne sera changé, mais qui est et restera ainsi que cela est, à présent, donné par Moi ...»

Ce qui veut dire que déjà, entre 1931 et 1934, (période pendant laquelle Abdruschin rédigea et publia Lui-même les 63 Exposés de Résonances 1 de la Grande Édition 1931 du Message du Graal), que le Seigneur avait déjà affirmé dans Sa Parole, et ce bien avant de faire Sa Déclaration à la Gestapo en 1939, que pas un seul mot ne serait changé à ce qu'Il avait écrit!

Maintenant voyez ce que l'on trouve dans l'édition 1949-1951 de l'église du Vomperberg publié aux éditions Maria Bernhardt, plus précisément dans la conférence 9, La méfiance, le pendant remanié et tronqué de l'Exposé 56 de Résonances 1: «... leurs âmes vont se trouver ébranlées par de profonds bouleversements et, de ce fait, préparées à accueillir la Parole après l'avoir implorée. Alors ils reconnaîtront déjà la richesse de mon Message dont aucun mot ne sera changé.»

Sur le coup, on se dit que les imposteurs ont sûrement oublié de retirer ce passage accusateur qui affirme clairement que Abdruschin ne changera jamais un seul mot de Sa Parole. Mais attention, non, ils n'ont pas oublié. Cela a été laissé avec préméditation. Ils n'on rien oublié. Ici, la phrase signifie clairement que, en fait, c'est le Message 1949-1951 qui ne sera jamais changé... et non pas la Grande Édition 1931.

Comment le Seigneur aurait-Il pu modifier Son Message de 1931 si ce Message est lié par l’Omnisagesse Divine?

Pour Herbert Vollmann, toutes ces réductions sont en rapport avec la défaillance de l’humanité qui n’était plus en mesure de comprendre la Parole originale de 1931. La principale justification donnée par Maria-Irmgard-Alexander et leur porte-parole Herbert Vollmann pour l’édition 1949/51, est que le Message devait être rendu plus accessible à l’humanité en train de sombrer spirituellement.

Alors que l’Édition violette 1926 du Message du Graal était déjà publié, il fut annoncé vers 1928 la parution du Tome II du Message du Graal dans la revue L’Appel. Le projet ne se réalisa pas car, en lieu et place, c’est la Grande Édition du Message du Graal qui parut en 1931. Ainsi, avec la Grande Édition, tout le Message tenait en un seul livre qui remplaçait l’Édition violette et les Exposés parus ultérieurement dans les Feuilles du Graal Série 2 et dans L’Appel.

La Grande Édition 1931 du Message du Graal contient 91 Exposés et l’édition 1949/51 du Mouvement International du Graal en contient 168. Les Résonances (Nachklänge) du Message du Graal ne faisaient pas partie du Message proprement dit, mais venaient après (Nachklänge, nach = après). Alors, en quoi le fait d’ajouter 77 Exposés pouvait-il rendre la Parole plus accessible aux hommes? Pour rester dans la logique du Vomperberg, il aurait été plus normal de faire le contraire, c’est-à-dire donner le strict nécessaire, donc en donner moins aux hommes: donner moins d’Exposés mais les garder intouchés, au lieu d’en donner plus mais après Les avoir tronqués.

En quoi, par exemple, le fait d’avoir inclus dans l’édition 1949/51 les sept (7) Conférences intitulées Les plans du spirituel-primordial (à l’origine Les plans spirituels) qui traitent de la spiritualité originelle, en quoi cela a-t-il rendu la Parole plus accessible à l’humanité? Si, selon le point de vue qui dit que la capacité de compréhension spirituelle de l’humanité avait régressée, les 91 Exposés de la Grande Édition 1931 c’était trop pour l’humanité, pourquoi, dans ces conditions, le Seigneur ne serait-Il pas tout simplement revenu avec les 43 Exposés de l’Édition violette 1926 du Message du Graal?

La Grande Édition 1931 du Message du Graal en 91 Exposés comporte précisément sous le titre Dans la Lumière de la Vérité, la mention Grosse Ausgabe: Grande Édition. Or les trois (3) tomes de l’édition 1949/51 du Mouvement International du Graal contiennent 168 Conférences: comment est-il possible de rajouter des chapitres à une Grande Édition. Celle-ci n’est-elle pas complète?

Comme nous l’avons déjà mentionné, avec l’Édition violette de 1926, les hommes avaient déjà assez en main pour connaître l’essentiel, c’est-à-dire pour connaître le Chemin du Royaume spirituel. Et cela, c’est le Seigneur Lui-même qui l’a confirmé en 1927, un an après la parution de l’Édition violette, dans les Cahiers 5, 6 et 7 de L’Appel:

«Ce dont les êtres humains ont besoin, aujourd’hui, pour l’Ascension, ils l’ont reçu. Celui qui veut en savoir davantage n’a pas reconnu ce qui lui fut dit jusqu’ici, et ce qui va plus loin ne pourrait pas, non plus, l’aider»

(Abdruschin, L’Appel, Cahiers 5,6,7)

Et le Prospectus publié à l’automne 1926 par la Maison d’édition des Feuilles du Graal à Tutzing en témoigne aussi:

«Ce Message du Graal (l’Édition Violette) donne la première pierre de base sans lacune d’une surprenante nouvelle Cosmogonie (conception du monde), compréhensible à chaque être humain dans sa manière simple et claire!

Il est, dans son étonnante brièveté, la Clef universelle de toutes les énigmes cosmiques jusqu’ici irrésolues et des questions ouvertes de l’humanité, ainsi que pour la Compréhension de tout événement»

(Les parenthèses sont de nous).

Malgré tous ces faits qui proviennent de la main même de Abdruschin, Irmingard Bernhardt - Irmgard Freyer faisait circuler en 1988 une lettre destinée aux porteurs de Croix pour, disait-elle, mettre un terme à toutes les allégations qui mettaient en doute l’authenticité du Message du Graal dans son édition définitive en trois tomes. Cette lettre que nous reproduisons ici en partie à cause de son importance, a été citée par Herbert Vollmann dans son livre rouge publié en 1993. Selon Herbert Vollmann, Irmingard dit vouloir rectifier certaines affirmations erronées venues de différents côtés et répandues ces derniers temps .

«Le Message du Graal sous la forme et dans la présentation que le Seigneur Lui-même lui a données est définitif. Tous les textes qui n’en font pas – ou n’en font plus – partie ne doivent plus être accessibles aux êtres humains. Maintes fois déjà, l’attention fut attirée sur ce point.

Les hommes devraient être reconnaissants qu’un solide soutien valable pour leur existence entière leur ait été donné par le Message tel que le Seigneur l’a conçu avec les textes choisis par Lui et dans l’ordre décidé par Lui. Affirmer que les porteurs de Croix auraient besoin pour leur évolution d’autres textes dont on exige aujourd’hui la publication montre qu’ils manquent de discernement et qu’ils ne comprennent pas que le Message du Seigneur, sous la forme qu’Il lui a définitivement donnée, renferme tout ce dont les êtres humains ont besoin pour mûrir. C’est d’ailleurs ce que le Seigneur a expliqué maintes fois dans Son Message»

(Irmingard Bernhardt - Irmgard Freyer)

Plusieurs choses sont à être soulignées dans cette lettre. Herbert Vollmann parle d’affirmations erronées, d’affirmations contraires à la vérité, donc de mensonges. Ces supposées affirmations erronées qu’il qualifie par ailleurs d’allégations, donc de faits, mettent évidemment en doute, portent atteintes à la confiance que tout porteur dit de Croix devrait, selon eux, avoir envers les dirigeants du Mouvement International du Graal. Or, un fait est un fait et les faits rapportés ici sont des faits objectifs non des mensonges. La lettre d’Irmingard Bernhardt - Irmgard Freyer se termine par ceci:

«Par contre, les responsables du Mouvement du Graal des différents pays seront toujours ouverts à toute critique objective qui leur sera présentée et qui aura pour but d’apporter une aide sincère»

(Irmingard Bernhardt – Irmgard Freyer).

Or, Irmgard Freyer était de mauvaise foi en écrivant ces lignes parce qu’elle a toujours rejeté du revers de la main la critique objective lorsqu’il était question des deux (2) Messages du Graal. Selon un Européen dont j’ai obtenu le témoignage, tous ceux qui vinrent au Vomperberg pour trouver des réponses à leurs questions furent expulsés de la Montagne!

De plus, ce n’est pas l’édition 1949/51 du Message du Graal, soit supposément «le Message du Seigneur, sous la forme qu’Il lui a définitivement donnée qui renferme tout ce dont les êtres humains ont besoin pour mûrir», mais bien, comme Abdruschin l’a Lui-même signalé dans L’Appel en 1927, l’Édition violette de 1926.

Et encore, il ne s’agit pas pour nous de dire «que les porteurs de Croix auraient besoin pour leur évolution d’autres textes dont on exige aujourd’hui la publication», mais bien de savoir si, oui ou non, la Parole a été amputée par d’autres personnes que le Seigneur! Et nous disons oui. Oui, et ce, malgré le témoignage du Disciple Alfred Grégoire à qui, en septembre 1937, dans Son bureau au premier étage de l’Administration du Graal au Vomperberg, le Seigneur aurait déclaré:

«À cause de l’immaturité des êtres humains, il est devenu indispensable de changer l’ordre des Exposés dans le Message, du fait que, dans cette nouvelle forme, il sera plus accessible aux êtres humains»

(Abdruschin).

Il est à noter ici que la citation fait seulement allusion à un remaniement de l’ordre des Exposés. Mais, même dans ce cas, cette déclaration va à l’encontre de tout ce qu’a dit le Seigneur dans L’Appel en 1927, dans Sa Parole même et, surtout, deux (2) ans après le témoignage d’Alfred Grégoire de septembre 1937, dans Sa Déclaration du 22 octobre 1939!

La même chose pour le témoignage de Daniel Swaroski du 3 juin 1975 que nous reproduisons ici et dont les arguments ont été repris mot à mot par l’Église du Vomperberg - Mouvement International du Graal pour justifier son action. Avec Friedrich Rauber, Daniel Swaroski fut l’un de ceux qui furent autorisés à voir en Abdruschin la Croix rayonnante et au-dessus de Lui, le Fils de l’Homme, la Sainte Colombe. Voici ce témoignage:

«C’était durant ma dernière visite auprès de Abdruschin en l’été de l’année 1941 à Kipsdorf. Après une longue promenade, Abd-ru-shin me conduisit dans Son bureau et me dit aussitôt en préambule d’une longue conversation qu’il avait encore une fois remanié le Message du Graal et qu’Il était à présent parvenu à la conclusion de ce travail. Comme s’Il voulait comme par avance répondre à une question, Abd-ru-shin ajouta que ce remaniement du Message du Graal n’avait rien modifié sur le contenu quant au fond. Il avait cependant inclus dans la nouvelle version des Exposés rédigés par Lui ou publiés dans des journaux après la conclusion de la première version du Message du Graal, d’où résultaient des modifications dans la suite des Exposés. Par la suite, Abd-ru-shin dit qu’Il avait estimé nécessaire, du fait de la faillite des êtres humains, de modifier aussi de nombreux passages de textes»

(Daniel Swaroski, 3 juin 1975).

Ainsi: premièrement, le Seigneur a terminé le remaniement du Message du Graal et des Résonances à l’été 1941, quelques trois (3) mois avant de décéder. Deuxièmement, l’ordre des Exposés a été modifié parce qu’Il a dû inclure dans la nouvelle version des Exposés rédigés après 1934. Troisièmement, Le Seigneur a modifié de nombreux Passages de Textes du fait de la faillite de l’humanité.

D’où vient vraiment ce témoignage et dans quel but a-t-il été fait, des années après la parution de l’édition 1949/51 du Message du Graal par le Mouvement International du Graal? Était-ce pour faire taire les soupçons d’imposture?

Comme pour le témoignage d’Alfred Grégoire, ce témoignage de Daniel Swaroski vient contredire tout ce qu’a dit Abdruschin dans L’Appel en 1927, dans la Grande Édition 1931 du Message du Graal Lui-même et surtout dans Sa Déclaration du 22 octobre 1939!

Que s’est-t-il vraiment passé? Pour tout replacer dans son contexte, il faut bien relire la lettre du 6 mars 1976 de Hellmuth Müller qui dit qu’entre le 26 octobre 1939, date de la Déclaration du Seigneur dans laquelle Il affirme noir sur blanc qu’Il n’a rien modifié au Message du Graal et qu’Il n’a pas l’intention de modifier quoi que ce soit puisque Sa Parole est Sa Conviction inchangée et totale, et le 6 décembre 1941, date de Son Décès, il est impossible qu’une telle chose - la modification de Ses Écrits - ait pu se produire parce que le Seigneur n’avait plus à Sa disposition que de deux années de vie (et même moins que cela, seulement un (1) an et huit (8) mois selon les dires de Daniel Swaroski). Cela n’était pas possible.

L’Exposé 1R56, Et lorsque l’humanité questionnera, détruit l’affirmation selon laquelle le Seigneur aurait été obligé de modifier des Passages de la Grande Édition 1931 et des Résonances du Message du Graal: «Mais cela est et restera ainsi que cela est, à présent, donné par Moi». Il ne faut pas perdre de vue que cet Exposé a été placé dans le livre Exhortations de l’édition tronquée 1949/51 du Message du Graal sous un autre titre: Méfiance, et que le Passage cité plus haut a été amputé: le Passage cité que l’on retrouve dans l’Exposé Et lorsque l’humanité questionnera, a été retiré de la Conférence Méfiance du livre Exhortations, il n’a pas été reproduit! Nous pouvons facilement comprendre pourquoi!

En plus, durant cette courte période de temps, extrêmement pénible sur le plan physique, c’est-à-dire pendant moins de deux (2) ans, le Seigneur aurait trouvé le temps d’écrire le manuscrit dont Joseph Wagner nous a parlé, un manuscrit d’une épaisseur de cinq (5) centimètres! Savez-vous ce que représente un manuscrit d’une telle épaisseur? Cinq (5) centimètres de feuilles, c’est l’équivalent de 500 feuilles, donc éventuellement 1000 pages! Cinq cent (500) feuilles peut-être recto verso écrites à la main! Dactylographié, cela représente environ 250 pages! Donc, en moins de deux (2) ans, et physiquement affaibli pendant toute la dernière année, Abdruschin aurait écrit un manuscrit de 500 feuilles recto verso, ou peut-être seulement 500 feuilles recto, à la main, en plus de retravailler, de reprendre au complet Son Message du Graal, ligne par ligne, soit quelques 1500 pages dactylographiées, pour enlever tout ce qui n’était plus bon pour l’humanité!

Remarquez maintenant la date des deux témoignages, celui de Daniel Swaroski et celui de Hellmuth Müller. Le premier est du 3 juin 1975 et le deuxième du 6 mars 1976, donc neuf (9) mois plus tard. C’est comme si Hellmuth Müller, conscient de la fraude, avait senti le devoir de parler publiquement pour réfuter les affirmations de Daniel Swaroski. Une question demeure cependant en suspens pour moi et c’est celle-ci: pourquoi Hellmuth Müller, dont le témoignage confronté à la Sainte Parole et aux Déclarations signées du Seigneur est juste, a-t-il attendu si longtemps pour dénoncer l’imposture? Est-ce le remord de ne pas avoir pris fait et cause pour la Vérité plus tôt? Il faut dire qu’il adhéra à l’imposture, puisqu’après la Deuxième guerre mondiale 1939/45, il se présenta au Vomperberg et proposa ses services pour la reconstruction de la Montagne où il fut, selon ses dires, éconduit, et puisqu’il récidiva aussi dans les années 1960 en présentant un projet de réorganisation de la Montagne qui fut refusé par Alexander et Irmgard Freyer. Pendant les années 1960, il ne pouvait pas dire qu’il ignorait ce qui se passait au Vomperberg, puisque le Mouvement International du Graal avec sa diffusion du Message du Graal tronqué était en marche depuis plusieurs années déjà.

La Parole de Abdruschin a été tronquée par les hauts responsables du Mouvement International du Graal! Même Roselis von Sass de l’Ordem du Brésil, qui a fait scission avec le Mouvement International du Graal en 1954, donc avant le décès de Maria Freyer-Bernhardt, et qui disait croire en l’authenticité de l’édition 1949/51, témoigna bien malgré elle, avec son époux Harry, de cette réalité dans une lettre en date de juillet 1990:

«Il (le Seigneur) supprima de toutes les conférences tout ce qui se rapportait à ses plans terrestres, en en faisant une révision radicale. Cependant, l’essence demeura inaltérée, mot par mot! *…* Quelques parties furent modifiées par Lui pour faciliter la compréhension générale. Et ainsi, furent opérées par Lui des suppressions ou modifications substantielles, voire même des suppressions de conférences entières, et aussi des changements de différents titres de conférences»

(Harry et Roselis Von Sass, juillet 1990)(Les parenthèses sont de nous).

Ainsi, même si le Seigneur fit des suppressions ou modifications substantielles … l’essence de Sa Parole demeura inaltérée, mot par mot! Tout cela n’a aucun sens! Seule la foi aveugle peut faire accepter une telle absurdité! Comment l’essence d’un écrit peut-il demeurer inaltéré mot par mot si l’on y fait des suppressions substantielles ?

Pourtant, Harry von Sass affirme dans une lettre en date de juillet 1990, lettre contresignée par son épouse Roselis von Sass:

«À propos de l’authenticité du Message en trois volumes plus les Exhortations, avec leur rédaction adaptée aux circonstances créées par la catastrophique faillite de l’humanité, en particulier celle des serviteurs consacrés avant leur naissance, j’ai la certitude de conviction la plus absolue»

(Harry Von Sass, juillet 1990).

Ils disent avoir la certitude absolue de la conviction, mais, par ailleurs, ils insistent sur le fait que cette conviction repose seulement sur la parole de Maria Freyer-Bernhardt:

«Il suffit de dire que Frau Maria elle-même nous informa que le Seigneur Lui-même avait fait le remaniement du Message *…* En 1951, à l’occasion de ma consécration, j’ai reçu de Frau Maria une collection complète du nouveau Message avec une dédicace personnelle adressée à moi-même et aussi un exemplaire des Exhortations avec une dédicace adressée à mon épouse, ce qui équivaut à son aval à l’égard de l’authenticité de cette édition du Message en trois volumes, plus les Exhortations»

(Harry Von Sass, juillet 1990)

Dans une lettre datée de mai 1990 de l’Ordem pour répondre aux questions des porteurs de Croix brésiliens, Monsieur von Sass insiste sur un fait primordial:

« … Je veux vous dire que nous n’avons vu aucune documentation concernant le remaniement du Message par le Seigneur, mais nous sommes absolument convaincus de la légitimité de l’édition 1949/51»

(Harry Von Sass)

Harry von Sass, le président de l’Ordem du Brésil, n’a jamais vu la preuve manuscrite de l’édition 1949/51, Maria ne lui a pas montré. Pourtant, selon Herbert Vollmann, cette preuve manuscrite existe. Dans sa circulaire du mois de mars 1978, il écrit:

«Les manuscrits rédigés par Abdruschin des trois (3) volumes du Message du Graal et des Exhortations sont ici présents (au Vomperberg). Dans ces manuscrits on peut voir, soit les modifications écrites de Sa main, soit des textes écrits à la machine consignés d’après ses notes écrits à la main. Mademoiselle Irmingard en est le plus important témoin»

(H. Vollmann, mars 1978) (Les parenthèses sont de nous)

Si ces preuves manuscrites signées de la main du Seigneur existent, pourquoi Maria Freyer-Bernhardt ne les a-t-elle pas montrées au couple Von Sass, ses fidèles? Selon les Européens, tous les porteurs de Croix qui ont osé demander ces preuves se sont fait expulser de la Montagne. Pourtant dans une autre circulaire en date du mois d’août 1989, Herbert Vollmann écrit noir sur blanc en réponse aux amis de Hellmuth Müller au sujet de la lettre du 6 mars 1976:

« … il n’y a aucune raison de cacher quoi que ce soit à ce sujet»

(H. Vollmann).

Comme l’a écrit Monsieur Müller, ces doutes pourraient immédiatement être levés si était produit ouvertement ce fameux manuscrit invisible signé et déclaré bon à imprimer par le Seigneur. Alors pourquoi, depuis un demi-siècle, refuse-t-on de le montrer? Tout simplement parce qu’il n’y en a pas!

Selon mon point de vue, il n’y a pas un tel manuscrit parce que la Parole même s’érige contre une telle possibilité! Même si l’Administration du Graal fournissait un tel manuscrit, ce serait un faux! Même si des Croix d’Or de l’Église du Lac Simon affirment, comme ils le font actuellement, qu’ils ont vu ce manuscrit, cela ne change rien au fait que pour moi, si un tel manuscrit existe, ce ne peut être qu’un faux!

À l’appui de cela l’on peut citer le témoignage d’une personne ayant vécu à la Montagne entre 1945 et 1949 et qui par écrit, affirme dans une lettre privée à un correspondant pour prouver la légitimité de la nouvelle édition en trois (3) tomes plus Exhortations, avoir vu de ses yeux les secrétaires-dactylos taper la nouvelle édition 1949/51 du Message du Graal selon les indications de Maria Freyer-Bernhardt et Irmgard Freyer!

Hellmuth Müller, l’Apôtre dont les interventions ont sorti Abdruschin de prison en septembre 1938, l’homme qui L’a accueilli chez lui à cette même époque pendant neuf (9) mois, qui est resté en relation avec Lui jusqu’au jour où Il a quitté la Terre et qui a organisé Ses funérailles, cet homme donc, était convaincu que le remaniement et surtout la falsification du Message du Graal n’était pas le fait de Abdruschin.

Il est aussi curieux que le Seigneur, qui lui raconta tant de choses au cours de Son séjour chez lui, puis ensuite lors de ses visites à Kipsdorf, ne lui ait pas dit un mot sur une chose aussi importante pour les Lecteurs du Message du Graal et pour l’humanité, que le fait qu’Il était en train de retravailler complètement le Message!


Abdruschin à Kipsdorf
Abdruschin à Kipsdorf

Au moment de Sa Déclaration du 22 octobre 1939, Abdruschin se trouvait à Kipsdorf, le lieu mentionné pour le supposé remaniement du Message,depuis près de sept (7) mois déjà, et rien dans cette Déclaration n’allait dans le sens d’une modification du contenu de Son Message. Bien au contraire! Pourtant, selon Harry von Sass dans son Éclaircissement de juillet 1990:


«Tous ces soupçons et cette méfiance autour de l’authenticité du Message du Seigneur constituent, en réalité, un coup de plus des ténèbres qui, de cette manière, éloignent l’attention des gens du contenu du Message, lequel, en essence, est absolument le même»

(Harry Von Sass, juillet 1990).

Un coup des ténèbres! Ainsi, pour Harry von Sass, constater avec effroi que la Parole Sacrée a été falsifiée par des êtres humains convaincus d’être des serviteurs de la Cause du Graal sur Terre, suivre son intuition et questionner objectivement est ténébreux! Mais, aujourd’hui, je dis le contraire. Ce n’est pas le fait de questionner qui est ténébreux, mais bien le fait de nourrir le mystère autour d’une question fondamentale qui implique la responsabilité spirituelle et matérielle d’une organisation dont le Seigneur n’a jamais voulu, et la prétendue confiance inconditionnelle que tous les adhérents et lecteurs du Message du Graal tronqué de l’Église du Vomperberg, faussement appelés de nos jours porteurs de Croix, doivent lui porter! C’est cela qui est luciférien! Le Seigneur a condamné tout mysticisme car toute vérité est simple et claire à dire! Tout ce mystère volontairement et savamment entretenu autour d’un manuscrit invisible ne sert que l’ambiguïté et le mensonge: donc les ténèbres! Car le doute tue! Et les ténèbres le savent très bien! Jamais d’authentiques serviteurs de la Parole de Vérité n’oseraient se comporter ainsi. Jamais!

Il y a de quoi questionner lorsque nous savons que la moindre déformation de la Parole suffit pour nous empêcher d’entrer dans la Salle aux Trésors. Nous aurons beau posséder la bonne Clé, si une coche de cette Clé a moindrement été déformée, cela suffit pour nous interdire l’accès à la Salle. Nous aurons beau tourner et retourner à droite et à gauche cette Clé, forcer la serrure, rien n’y fera, jamais nous ne pourrons entrer! Dans Les Plans spirituels IV, le Seigneur qui s’adresse aux Appelés, donc aussi à Maria-Irmgard-Alexander-Vollmann et cie, est très clair:

«Gérez donc tout le Savoir fidèlement; car, jamais, de nouveau, un tel Salut et une telle Grâce ne pourront échoir à la Terre . Du fait que Je vous annonce tout cela, vous devenez les gardiens de toutes les clefs! Si vous laissez des taches venir dessus ou si vous en déformez ne serait-ce qu’une petite partie, alors elles n’ouvriront plus ces secrets de la création et les portes demeureront fermées, pas seulement pour une longue période, mais, cette fois, pour les évolués, pour toujours! »

(Abdruschin, 2R13, Les plans spirituels IV)

Les deux phrases entre les flèches ont été retranchées de l’édition 1949/51 du Message du Graal. Croyez-vous sincèrement que ceci est le travail du Seigneur? De tout temps les ténèbres ont agi de la même façon. Tout ce qu’elles peuvent faire, c’est récupérer ce qui est lumineux et le traîner dans la boue! Elles sont incapables de faire quoi que ce soit par elles-mêmes! Elles sont d’une lâcheté écoeurante! Jamais elles s’en prennent de front à la Lumière! C’est toujours insidieusement, par en-dessous, comme si de rien n’était et avec les plus belles apparences de légitimité et d’honnêteté! Pourquoi les ténèbres auraient-elles besoin de cacher la Parole à l’humanité? L’ont-elles fait pour Jésus? Non. Tout ce qu’elles ont à faire c’est de L’amputer par-ci par-là de parties importantes, juste assez pour nous donner l’illusion que même s’il en manque un peu, ce n’est pas grave. Tous les paresseux en esprit tombent alors, les yeux fermés, dans le panneau.

Le 22 octobre 1939, Abdruschin affirme que Ses Paroles - Ses Écrits - n’ont pas subi la moindre modification, qu’Elles sont à lire à ce moment comme au jour de leur rédaction! Qu’Elles sont demeurées telles quelles. Dans cette Déclaration, on cherche en vain l’ombre d’une petite trace d’une intention de remaniement et de modification de texte. Il nous laisse même entendre qu’Il prévoyait, qu’Il anticipait les tentatives de manipulations sur Sa Parole et qu’Il considérait ce genre d’action comme une tromperie. Il nous indique aussi que si Elle devait être déformée, cela ne peut venir de Lui. En bref, Abdruschin a toujours accompli sans se soucier de savoir qui et combien Le suivaient ou ne Le suivaient pas. Il a accompli jusqu’au bout sans se préoccuper du contexte, des circonstances ou du recrutement:

«Combien de fois l’humanité m’a déjà persiflé et raillé, parce que j’ai dit, en avertissant, tant de Choses qui, apparemment, ne s’accomplissaient pas aussitôt. Les adhérents devenaient tièdes et dubitatifs sur le fond et plus d’un bien-pensant me conseillait en disant que je ferais, toutefois, mieux de ne pas parler de telles choses, parce que cela ne pouvait qu’amoindrir la Valeur de l’Enseignement, ou même le gâter complètement.

… Les êtres humains ne savaient pas ou ne croyaient pas que je suis la Loi Vivante Elle-même et la Parole Vivante, la Parole de Dieu, Laquelle ne prophétise pas mais est agissante, créant depuis l’Origine, la Parole qui est: Action!

Et quand bien même le Monde entier m’aurait constamment couvert de moquerie et de sarcasme, et quand bien même tous se seraient détournés en doutant de moi, j’aurais quand même parlé, sans retirer un Mot, ainsi que je l’ai fait; car dans les Paroles reposent les Accomplissements Sacrés!»

(Abdruschin, 2R5, Nouvel an 1935)

Tout l’Exposé Nouvel an 1935 a été retiré de l’édition tronquée 1949/51 du Message du Graal de l’Église du Vomperberg. Devinez pourquoi. Croyez-vous sincèrement qu’après avoir écrit que même si l’humanité avait douté de Lui, Il aurait quand même parlé sans retirer un mot, le Seigneur Se serait contredit et aurait fait tout le contraire de cette profession de Foi: retiré, non pas un Mot de cet Exposé, mais l’Exposé au complet? Ce qui reviendrait à dire: oubliez tout ce que Je vous ai dit jusqu’à maintenant, ce n’était pas vrai!

En octobre 1939, donc après la faillite des Appelés de 1936, après la faillite du peuple allemand, malgré l’indifférence généralisée de l’humanité envers la Sainte Parole, malgré les arrestations arbitraires et les séjours en prison - Abdruschin a passé quatre (4) années en prison durant la première guerre mondiale 1914/18, fut encore incarcéré à trois (3) reprises et en butte à quatre (4) procès principaux intentés contre Lui durant la période de 1928 à 1938 -, pour Lui, il n’y avait rien de changé par rapport à tout ce qu’Il avait dit et écrit jusqu’à ce jour; Sa Parole demeurait donc intangible:

«Mais, malheur à celui qui falsifie ou altère la Vérité, pour ainsi gagner la foule, parce que, aux êtres humains, avec des formes plus commodes, c’est aussi plus agréable. Il ne se charge pas seulement de la faute de falsification, d’égarement délibéré, mais il porte, aussi, encore, toute la responsabilité pour tous ceux qu’il put, avec l’accommodement ou l’accroissement de la recevabilité, attirer à lui. Il ne sera pas secouru, lorsque son Heure de rétribution arrivera. Il s’effondre en bas dans les profondeurs qui, jamais, ne peuvent le restituer, et avec Justice! – Cela aussi, Jean fut autorisé à le co-contempler et, dans son Apocalypse, à en avertir les êtres humains»

(Abdruschin, MG64, Qu’est-ce ce qui sépare tant d’êtres humains, aujourd’hui, de la Lumière?)

Et en quels termes Ismaël (Jean-Baptiste) nous a-t-il avertit?

«Je déclare, moi, à quiconque écoute les paroles prophétiques de ce livre: qui oserait y faire des surcharges, Dieu le chargera de tous les fléaux décrits dans ce livre! Et qui oserait retrancher aux paroles de ce livre prophétiques, Dieu retranchera son lot de l’Arbre de Vie et de la Cité Sainte, décrits dans ce livre!»

(Apocalypse 22,18-19).

Ou, selon L’Apocalypse de Jean, Deuxième Partie de Appels de la Création Originelle, ouvrage publié par la Verlag Der Ruf (Maison d’Édition L’Appel) en 1934:

«Moi, Jean, j’atteste avoir écrit les Paroles que j’ai vraiment dû entendre. Mais quiconque y ajoutera quelque chose, récoltera les tourments qui se trouvent décrits dans ce livre, parce que son intellect se place devant la Lumière de Dieu. Et si quelqu’un retire quelque chose de ces Paroles, il lui sera retiré sa part de Fruit de la Vie Éternelle et de la Ville Sainte»

(ismaël, Jean-Baptiste)