Le lys et le chardon,
les éléments du blason frankois

Le blason frankois
Le blason frankois

Les éléments floraux que nous retrouvons sur le blason(1) de la nation frankoise, sont le lis et le chardon sur fond blanc. Deux lis blancs ou lis de jardin – le Lilium candidum(2) –, l’un ouvert, l’autre en voie de s’ouvrir, avec à leurs pieds, et de grandeur aussi importante que les lis, deux chardons – le Chardon Marie.

1. Le blason est l’ensemble des pièces qui constituent un écu héraldique (du latin heraldus, héraut, qui signifie «messager, annonciateur»). Pour un individu, une famille ou une nation, un blason représente donc symboliquement les valeurs spirituelles reliées à un idéal. Le blason frankois est l’œuvre de Madame Johanne Laberge.

2. Et non pas le lis du Canada – le Lilium canadense – qui est d’un jaune orangé généralement tacheté de brun.

Le premier lis représente la fidélité au Saint-Graal. Le deuxième lis sur le point de s’ouvrir, représente l’espérance de la nation frankoise en l’Édification prochaine de la Paix pendant le règne de mille ans sous l’égide du «Fils du Saint-Esprit» Abdruschin.

Le symbole du chardon(3) à la tige et aux feuilles épineuses représente la pérennité, ce qui est conservateur pour la nation frankoise, mais aussi, le plus important (car c’est l’actuelle réalité du peuple frankois), tout ce qui fait obstacle à l’accueil de la révélation, la révélation étant la Vérité inaccessible à l’intellect que Dieu révèle aux êtres humains par Sa Parole, l’Évangile éternel du Graal(4); donc, très précisément en ce troisième règne qui est celui du Saint-Esprit, tout ce qui fait obstacle et contrarie l’aspiration, l’acceptation et l’accomplissement de la mission frankoise en terre d’Amérique, les Frankois formant une nation Appelée à servir le Graal si elle s’y décide.

3. Voir H. SAINT-HILAIRE, Le Troisième Règne, la note de bas de page numéro 26 du Chapitre 5: Le début du troisième règne.

4. La Grande Édition 1931 du Message du Graal d'Abdruschin, Dans la Lumière de la Vérité.